Veuillez noter que les liens vers tous les Essais Freedom en anglais sont inclus à la fin de cet essai. Vous pouvez voir quels essais ont été traduits en français en cliquant ICIVous pouvez également ouvrir n’importe quel essai pour le lire, l’imprimer, le télécharger, le partager ou l’écouter (sous forme de podcast, actuellement uniquement en anglais).

 

 

Voici l’Essai Freedom 1

 

Votre blocage sur le plus merveilleux de tous les cadeaux

 

Par Jeremy Griffith, 2018

 

« Que feriez-vous si le plus merveilleux cadeau dont vous pourriez rêver devenait disponiblebien qu’un mur épais vous en bloquait l’accèsmais que vous receviez des instructions vous permettant de traverser ce mur ? Vous suivriez ces instructions à la lettre, n’est-ce pas ! Eh bien, c’est exactement la situation que je veux maintenant décrire. »

 

Ce sont les premiers mots du biologiste australien Jeremy Griffith dans la première des vidéos d’introduction qui apparaissent en haut de notre page d’accueil. Dans cette première vidéo, Jeremy décrit la situation épineuse de se voir offrir l’explication libératrice de la condition humaine, mais, dans une terrible ironie, de ne pas pouvoir y accéder à cause de notre peur historique du sujet. Mais, comme Jeremy l’explique également, il existe une solution pour sortir de cette impassenous vous invitons donc à regarder cette présentation critique dès maintenant alors que vous commencez votre voyage avec cette percée des plus importantes et passionnantes pour la race humaine !

 

Make and see comments here

 

Cette vidéo apparaît également en tant que Vidéo 1 dans la Série d’Introduction de vidéos en haut de notre page d’accueil à testing.humancondition.com.

La Transcription de cette vidéo

 

Bonjour, je m’appelle Jeremy Griffith, je suis un biologiste australien et l’auteur de ce livre, FREEDOM: The End Of The Human Condition.

 

 

La situation

Je veux commencer par poser une question : que feriez-vous si le plus merveilleux cadeau dont vous pourriez rêver devenait disponiblebien qu’un mur épais vous en bloquerait l’accèsmais que vous receviez des instructions vous permettant de traverser ce mur ? Vous suivriez ces instructions à la lettre, n’est-ce pas ! Eh bien, c’est exactement la situation que je veux maintenant décrire.

 

 

Le plus merveilleux de tous les cadeaux

Le plus grand de tous les objectifs de la race humaineen fait il a été le grand espoir, la foi et la croyance de notre espèceest qu’un jour nous trouverions la compréhension biologique rédemptrice, réconciliatrice et psychologiquement guérissante de notre condition humaine affligée par “le bien et le mal”. Comme le biologiste renommé de Harvard E.O. Wilson l’a écrit : « La condition humaine est la frontière la plus importante des sciences naturelles » [notre traduction] (Consilience, 1998, p. 298 sur 374), et dans un autre de ses livres, « Il n’y a pas de Graal plus insaisissable ou plus précieux dans la vie de l’esprit que la clé pour comprendre la condition humaine » [notre traduction] (The Social Conquest of Earth, 2012, p.1). Eh bien, comme cela sera révélé dans les deux courtes vidéos suivantes, la percée biologique la plus « précieuse dans la vie de l’esprit » pour « comprendre la condition humaine » a été trouvée.

C’EST donc tout simplement l’événement le plus marquant de toute l’histoire de l’humanité, où chaque être humain peut maintenant être transformé, passant d’une vie où, en vérité, tout est tellement désespéré, décevant, insignifiant, sans espoir, déprimant, fatigant, blessant et faux, à une vie où chaque situation, chaque personne, absolument tout peut maintenant être inondé d’une compréhension significative et du soulagement, de l’excitation, de l’enthousiasme, de la paix, de la solidarité et du bonheur qu’elle apporte. Toute la confusion, l’incertitude et le doute, toutes les ténèbres de nos vies peuvent disparaître et nous pouvons être libérés de l’agonie de la condition humaine. Et résoudre la condition humaine n’apporte pas seulement un soulagement et un bonheur immenses à nos situations personnelles, cela résout tous les problèmes du monde à leur sourcec’est la clé pour mettre fin à la dystopie dans laquelle nous vivons de politiques polarisées, d’économies en échec, de cupidité effrénée, de corruption, de haine, de conflits, d’inégalités, d’envie, et qui permet de mettre fin à la famine, à la surpopulation, au désordre, aux inondations de réfugiés et au terrorisme, et partout à la dévastation environnementale. Cela résoudra la désintégration des familles, les problèmes de drogues, l’obésité, les niveaux épidémiques de solitude, la dépression et les maladies mentales. Et cela mettra fin à l’extrême anxiété qui paralyse maintenant les jeunes générations, avec leurs vêtements gris et leurs sweats à capuche “Voici la fin du monde”, leurs parades de zombies dans les rues, paralysés par la psychose et, naturellement et de manière compréhensible, leur accablement de trop-de-peine-insupportable-dans-le-cerveau, et les troubles d’attention de la Génération “Flocon de neige” qui annoncent vraiment notre plongée la tête la première vers la mort psychotique de notre espèce.

 

A group of menacing and demonic zombies approaching

 

DONC VOUS VOYEZ QUE CETTE COMPRÉHENSION RÉHABILITANTE DE LA CONDITION HUMAINE EST ABSOLUMENT LE PLUS MERVEILLEUX DES CADEAUX POUR CHAQUE PERSONNE ET POUR LE MONDE ENTIER !

 

 

Mais il y a un blocage !

Oui, avec la condition humaine enfin résolue, et pouvant enfin donner du sens à notre existence, tout peut maintenant être réparé et ramené à la vie. Telle est l’ampleur du cadeau offert, MAIS IL Y A UN PROBLÈME GRAVE, qui est que pratiquement tout le monde trouvera cette explication de la condition humaine qui-sauve-le-monde et transforme-la-vie initialement impossible d’accèsj’insiste, “initialement impossible d’accès” !

La raison pour laquelle cela se produit est que même si la condition humaine a été, comme le disait Wilson, la plus « précieuse dans la vie de [notre] esprit » et donc « la plus importante » de toutes les questions à résoudre, elle a également été le sujet le plus terrifiant à affronter, et cette terreur fait si peur à notre esprit qu’il ne peut pas absorber la discussion du problème et découvrir qu’il a finalement été expliqué et est rendu sûr à confronter, ce qui signifie que nous ne pouvons pas tirer tous les avantages fabuleux de l’explication ! Dès que la discussion sur la condition humaine commence, l’esprit de pratiquement tout le monde commence à bloquer ce qui est dit parce que son expérience antérieure de là où on lui demande d’aller a été trop terrifiante. La situation revient à donner à quelqu’un qui souffre de la peur des serpents un livre qui le libèrera de sa phobie, mais dès qu’il ouvre le livre et voit des descriptions et des images de serpents, il le claque avec crainte ; sa peur l’empêche d’accéder au remède du livre.

 

Jeremy Griffith holding up a book with an image of a snake coiled up explaining the snake phobia analogy

Jeremy Griffith utilise l’analogie de la peur des serpents pour aider les gens à comprendre pourquoi il est difficile de lire à propos de la condition humaine.

 

 

Alors pourquoi le sujet de la condition humaine a-t-il été si terrifiant ?

Les gens tournent assez souvent autour du terme “condition humaine”, ce qui donne l’impression qu’il n’y a rien de particulièrement effrayant à ce sujet, mais le traitement superficiel du sujet fait partie du déni que nous avons pratiqué pour nous protéger de la terreur du problème. Le scientifique Blaise Pascal a expliqué la véritable horreur de la nature ou de la condition contradictoire de notre espèce lorsqu’il a écrit : « Quelle chimère est-ce donc que l’homme [un être à multiples facettes] ? Quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige ! Juge de toutes choses, imbécile ver de terre, dépositaire du vrai, cloaque d’incertitude et d’erreur, gloire et rebut de l’univers. » (Pensées, 1669). William Shakespeare a également révélé la nature paradoxale de la condition humaine lorsqu’il a écrit : « Quel chef d’œuvre que l’homme ! Qu’il est noble dans sa raison ! Qu’il est infini dans ses facultés ! … Par l’action, semblable à un ange ! Par la pensée, semblable à un Dieu ! C’est la merveille du monde ! L’animal idéal ! Et pourtant qu’est à mes yeux cette quintessence de poussière ? [Brutal et barbare] L’homme n’a pas de charme pour moi » (Hamlet; traduit par François-Viktor Hugo, 1880).

Cette dichotomie extraordinaire que Pascal et Shakespeare décrivent est ce qu’est réellement la condition humaine. Nous, les humains, incarnons cette extrême « contradiction » d’être la créature la plus brillamment intelligente, celle qui est « semblable » à un « Dieu » dans notre « faculté » « infinie » de « raison » et de « pensée », et pourtant nous nous comportons comme un « monstre » apparemment complètement dépourvu d’intelligence, « imbécile ver de terre », « cloaque d’incertitude et d’erreur », « rebut de l’univers » ou encore « quintessence de poussière ». Non seulement nous sommes compétitifs, agressifs et égoïstes lorsque les idéaux de la vie sont si manifestement d’être coopératifs, altruistes et aimants, nous sommes aussi l’espèce la plus méchante, la plus vicieuse, celle qui n’est que trop capable d’infliger douleur, cruauté, souffrance et dégradation. Comme l’écrivait le philosophe Arthur Schopenhauer, « L’homme est en effet l’unique animal qui inflige des douleurs aux autres sans but déterminé… Aucun animal ne torture uniquement pour torturer ; mais l’homme le fait, et ceci constitue le caractère diabolique, infiniment pire que le caractère simplement bestial » (Ethique, droit et politique, 1851).

 

Burj Khalifa in Dubai is the world’s tallest skyscraper at 830 metres high towers above the city scape

iStock.com/kjorgen

« Infini dans ses facultés »à 830 m de haut,
le Burj Khalifa de Dubaï est le plus haut
gratte-ciel du monde

A massive fire ball engulfs a residential apartment in Aleppo after being bombed as people watch and take cover

Mais « quel monstre »guerre à Alep,
Syrie, 2013

 

Oui, comme je vais l’expliquer dans les troisième et quatrième vidéos/essais de cette série, nous les humains avons vécu avec une horrible injustice qui a provoqué en nous une telle colère et frustration volcanique que nous avons été capables de nous comporter de manière beaucoup plus vicieuse que les autres animaux, et c’est précisément cette profonde injusticequi, comme je vais vous le dire maintenant, est l’implication que nous sommes des créatures viles et indignes, ce que nous avons refusé de croire, mais sans pouvoir expliquer pourquoi nous ne le sommes pasà laquelle cette explication de la condition humaine rend justice et apporte une compréhension soulageante.

Mais sans cette compréhension soulageante, notre comportement souvent féroce et vil a semblé indiquer que nous, les humains, sommes, comme Pascal nous l’a décrit, le « rebut de l’univers »et essayer de faire face à cette conclusion apparemment irréfutable a été une terreur pure pour nos esprits et a conduit à une dépression absolument insupportable, voire suicidaire. En effet, notre peur de faire face à la conclusion apparemment irréfutable que nous sommes le « rebut de l’univers » a été si grande qu’elle a nécessité l’esprit de certains des plus grands philosophes du monde pour seulement exprimer cette peur. Voilà à quel point cette peur a été grandenous ne pouvions même pas nous résoudre à la mentionner !

 

Soren Kierkegaard, Nikolai Berdyaev, Gerard Manley Hopkins

Søren Kierkegaard (1813–1855), Nikolai Berdyaev (1874–1948), Gerard Manley Hopkins (1844–1889)

 

Un critique a écrit qu’il est largement reconnu que le Traité du philosophe Søren Kierkegaard sur « l’analyse de la nature du désespoir est l’un des meilleurs comptes rendus sur le sujet » [notre traduction] (Wikipedia; voir www.wtmsources.com/137)avec la « nature du désespoir » étant le plus proche que l’analyste pouvait aller pour faire référence à la dépression suicidaire, pire que la mort, que le sujet de la condition humaine a historiquement causée chez les humains, mais dont Kierkegaard a réussi à rendre compte si honnêtement dans son livre de 1849, correctement intitulé Le Traité du Désespoir : « le désespoir c’est la désespérance de ne pouvoir même mourir [et de mettre fin à la torture de notre condition humaine auparavant inexpliquée] … le désespoir est donc la « maladie mortelle », ce supplice contradictoire [de nos vies affligées par la condition humaine, condamnées par les notions “du bien et du mal”], ce mal du moi : éternellement mourir, mourir sans pourtant mourir » (tr. K. Ferlov & J-J Gateau, 1988, p. 14 sur 125). Voilà à quel point la question de la condition humaine a été suicidairement déprimante !

Il s’ensuit donc que faire face à la condition humaine jusqu’à présent inexpliquée a été une demande impossible pour pratiquement tout le mondecomme le reconnaît le grand philosophe Nikolai Berdiaev : « La connaissance, par elle-même, est une grande audace, elle implique toujours une victoire sur la terreur antique et initiale … Il faut ajouter en outre que la connaissance comporte une amertume et qu’il faut y consentir … Et ceci s’applique particulièrement à la connaissance éthique, celle du bien et du mal. Mais l’amertume repose dans l’être même, dans sa chute … Il y a une tristesse mortelle dans la différenciation même du bien et du mal, de ce qui a une valeur et de ce qui en est dépourvu » (De la destination de l’homme, 1934; tr. I.P. et H.M., 1935, 28-29 sur 363). Oui, c’était la question absolument insupportablesommes-nous les humains si horribles que nous ne sommes réellement « dépourvu[s] » de « valeur » ?!

Dans son poème intitulé No Worst, There Is None (en français Rien De Pire, Il N’y En A Pas), le poète Gerard Manley Hopkins a écrit de la même manière : « O l’esprit, l’esprit a des montagnes ; des falaises à tomber, affreuses, abruptes, que personne n’a sondées » [notre traduction], expliquant à quel point la question de la condition humaine, jusque-là jamais « sondée », a été terriblement confrontante et déprimante.

 

A person standing on a narrow ledge on a sheer rock face of a mountainous chasm

 

Donc, encore une fois, tant que nous ne pouvions pas expliquer et comprendre notre condition humaine corrompue ou “déchue”, voilà à quel point le sujet a vraiment été terrifiant, et c’est pourquoi pratiquement tous les humains n’avaient absolument pas d’autre choix que de se résigner à bloquer le problème hors de leur esprit, d’éviter de le confronter.

 

 

“L’effet de surdité” que cette peur historique provoque désormais

Donc, étant donné cet engagement extrême à bloquer le problème, maintenant que ce cadeau le plus recherché de tous pour l’esprit humain, cette compréhension fabuleuse, rédemptrice, soulageante et transformatrice de nous-mêmesque Wilson a décrit comme le plus « précieux dans la vie de l’esprit », le « Saint Graal » de la « science » de la « compréhension de la condition humaine »est enfin trouvécomme l’expliquera la troisième vidéo de cette sérievous devez être conscient que votre esprit aura trop peur du sujet pour en absorber l’analyse. Un “effet de surdité” extrême (comme nous en sommes venus à l’appeler) à ce qui est dit se produira dans votre esprit.

 

A man with his eyes closed and his fingers firmly inserted in his ears

 

 

Alors, comment surmonter “l’effet de surdité” ?

La question évidente est alors : “Comment pouvez-vous surmonter le problème de ne pas pouvoir absorber ou “entendre” la discussion sur la condition humaine, afin que vous puissiez accéder au cadeau incroyablement soulageant que cette compréhension apporte ?”

La réponse, que de nombreuses années d’expérience m’ont apprise ainsi qu’à bien d’autres, est que le moyen de surmonter “l’effet de surdité” est de persévérer patiemment. Ce qui se passera en continuant à lire et/ou à écouter la discussion sur la condition humaine, c’est que la logique rassurante de l’explication commencera à apaiser votre peur subconsciente du sujet, et d’ici peu vous découvrirez que vous pouvez “entendre” ce qui est dit sans rencontrer aucun des problèmes que vous avez rencontrés initialement. Si vous êtes patient et persévérez, votre esprit commencera à se rendre compte que ce sujet auparavant terrifiant a été rendu sûr à confronter, et il va commencer à se détendre et à absorber ce qui est dit.

 

A group of people stuck and despairing in a dark cave of denial

 

Je pourrais mentionneret c’est quelque chose d’absolument remarquablequ’à l’époque de l’Âge d’Or de la Grèce, en 360 avant J.C., le très grand philosophe Platon a donné le récit le plus véridique et le plus pénétrant qui ait jamais été donné de la condition humaine. Il y décrit les humains comme vivant dans une telle peur de la « condition humaine » (et c’est la première mention que j’ai vue du terme) que nous avons dû nous cacher métaphoriquement « très loin sous terre » dans une « caverne » sombre, afin qu’aucune « lumière » « douloureuse » à l’extérieur de la grotte ne puisse nous atteindre parce qu’elle rendrait « visible » « les imperfections de la vie humaine »en prédisant même “l’effet de surdité” en disant que lorsque quelqu’un « s’échappe finalement de la caverne vers la lumière du jour » et de là, trouverait la compréhension de la « condition humaine », puis essaierait d’aider les prisonniers de la caverne à « s’échapper vers le coucher du soleil à l’extérieur de la caverne », que nos esprits seraient si complètement gelés de peur que, dit-il, nous « ne serions pas capables de voir une seule des choses », dont on nous disait «maintenant [qu’elles] étaient réelles » du moins « pas au début parce que » nous devrions « nous habituer à la lumière »de la compréhension véridique. Alors Platon a dit que nous serions « incapable[s] de voir même un seul de ces objets qu’à présent nous disons véritables »cela confirme à quel point le problème de “l’effet de surdité” est extrême ! (Je présente un compte rendu beaucoup plus détaillé, avec les sources, de la description étonnamment véridique de Platon de notre peur de la condition humaine et de ses effets dans la Vidéo/Essai Freedom 11 de cette série.)

 

Looking from inside a dark cave a man stands at the exit shielding his eyes with his hands from the bright light outside

 

Pour illustrer l’efficacité de la persévérance et, comme Platon l’a dit, pour « s’accoutumer » à « la lumière », un lecteur de cette analyse entièrement responsable, explicative et résolutive de la condition humaine, que je présenterai dans un bref résumé dans la troisième vidéo / essai de cette série, a écrit : « [Quand je suis tombé sur cette information pour la première fois] ce n’était pas une lecture facile. Les concepts de base n’arrêtaient pas d’échapper à ma compréhension mentale, à l’époque je mis ça sur le compte d’une mauvaise rédaction, mais une deuxième lecture a révélé quelque chose que l’auteur avait indiqué dès le départ »votre esprit ne veut pas comprendre le contenu [en fait, ne veux pas y faire face]. La deuxième lecture a été rapide et indolore… [et j’ai pu alors voir que] La cause du malaise [chez les humains] est exposée, remédiée et le lecteur se retrouve tout du moins avec une compréhension de soi-même, et pour moi quelque chose d’un optimisme pour l’avenir » (« Fitzy », Humanitus Interruptus – Great Minds of Today, 21 octobre 2011; voir www.wtmsources.com/106).

De nombreuses autres descriptions presque identiques du problème de “l’effet de surdité” et de la façon dont vous devez être prêt à persévérer si vous voulez le surmonter sont également présentées dans la Vidéo/Essai Freedom 11. Je pourrais mentionner que la pensée initiale de ce lecteur selon laquelle la raison de son manque de « compréhension » de ce qui était dit était lié à une « mauvaise rédaction » se produit chez presque tout le monde, et c’est parce que nous ignorons que nous vivons dans le déni du sujet en question, et nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que le problème doit venir de la présentation.

 

 

L’expérience de Tony Gowing

À ce stade, je voudrais demander à Tony Gowing, qui est un membre fondateur du World Transformation Movement (qui est le mouvement qui soutient cette compréhension capitale), de décrire son expérience avec “l’effet de surdité” et l’excitation qui règne de l’autre côté de celui-ci.

 

Tony Gowing’s presentation of ‘The Up River Story’

Tony Gowing

 

Tony Gowing: Merci Jeremy. Oui, dans mon cas, j’ai en fait surmonté par inadvertance “l’effet de surdité” parce que la sœur de mon meilleur ami est un membre actif du World Transformation Movement, et quand j’étais à l’université, je l’accompagnais souvent quand il lui rendait visite au WTM. Au début, je ne m’intéressais que vaguement à leurs discussions sur l’explication de la condition humaine car, comme le lecteur que Jeremy vient de mentionner, j’ai également trouvé très difficile de « comprendre » ce qu’ils disaient. Heureusement pour moi, après avoir écouté un certain nombre de leurs conversations, ce qu’ils disaient a commencé à devenir clair, puis, à ma grande stupéfaction, toute l’explication de nous les humains semblait si simple qu’elle semblait en fait évidente. Traverser “ l’effet de surdité”, c’est vraiment comme sortir d’un brouillard. La description par Wilson de l’explication biologique de la condition humaine comme étant la chose la plus « précieuse » « dans la vie de l’esprit » est tellement vraie. Franchement, dans quel brouillard avons-nous vécus parce qu’une fois qu’on en sort, être capable de tout comprendre est vraiment si « précieux » ! Me voici donc, plus de 20 ans plus tard, un partisan à plein temps extrêmement enthousiaste du WTM, profondément soulagé de comprendre et d’avoir de l’espoir pour le mondeet le meilleur de tout pour moi personnellement, c’est d’être libre de toute l’horreur des effets de la condition humaine en moi.

Je vous le dis, cette compréhension met réellement fin à toute la douleur, à toutes les souffrances, à toute la confusion, à l’insécurité et à l’incertitude. Je sais maintenant pourquoi nous sommes comme nous sommes, et pourquoi le monde a été si mauvais et plein de douleur, et pourquoi il peut maintenant y avoir un revirement merveilleux chez chaque être humain d’un état complètement dévoré par une immense insécurisé, fou, terrifié et obsessionnellement égocentrique et égoïste, à un état totalement sécurisé vivant à 100 pourcent une existence tout à fait significative et follement excitante, dédiée à aider à initier ce grand changement de l’obscurité et la douleur à un monde libéré totalement de la condition humaine. Et ce dont je parle n’est pas un autre faux départ illusoire de type “New Age”, politiquement-correct, ou autre mouvement pseudo-idéaliste basé sur un dogme, vers un nouveau monde sans condition humaine en lequel la race humaine a toujours eu foi, espoir et confiance. Non, comme Wilson l’a dit, c’est le soulagement fondé sur la « science » / la « compréhension » pour « l’esprit » humain qui entraîne effectivement cette transformation rêvée de toutes nos vies. Nous, humains conscients, devions être capables de comprendre notre chemin vers la libération de notre état de détresse ; nous avions besoin de réponses apaisantes pour notre esprit ; comme Jeremy le dit souvent, nous avions besoin de nourriture pour le cerveau, pas d’anesthésie cérébraleet maintenant, enfin, et juste à temps, nous l’avons !

Honnêtement, les émerveillements et le soulagement de cette percée biologique sont tout simplement infinis !

 

Jeremy Griffith: Merci beaucoup Tony. Vous pouvez en entendre plus de Tony dans la Vidéo/Essai Freedom 5.

Dans la vidéo suivante, je décrirai l’excuse malhonnête et extrêmement dangereuse que nous avons utilisée pour expliquer la condition humaine, et dans la vidéo qui suit, qui est la troisième vidéo, je présenterai la vraie explication biologique rédemptrice-et-transformatrice de la condition humaine qui-sauve-la-race-humaine.

Merci d’avoir regardé et j’espère que vous continuerez à regarder ces vidéos.

 

 

Appréciations du traité de Jérémy Griffith

 

Prof. Harry Prosen, Former President, Canadian Psychiatric Association

« Je n’ai aucun doute que l’explication biologique
de la condition humaine par Jeremy Griffith est
le Saint-Graal de la connaissance que nous avons
recherchée pour la réhabilitation psychologique
de la race humaine »

Professeur Harry Prosen, Ancien Président de
l’Association des Psychiatres du Canada

 

 

Paul, an appreciative reader of FREEDOM

« C’est le travail le plus profond que j’ai
jamais lu, et j’ai beaucoup lu »

Paul, un lecteur appréciatif de FREEDOM

 

 

Franklin Mukakanga presenting at the 2017 WTM Global Conference

« Cette compréhension de la condition
humaine mettra fin à tous les préjugés, comme le
racisme, pour toujours »

Franklin Mukakanga, directeur publicité
et animateur radio en Zambie

 

 

Broadcaster Brian Carlton commends Jeremy Griffith’s work

« La clarté en est euphorique »

Brian Carlton, diffuseur radio, journaliste
et commentateur australien

 

 

Dr. Anna Fitzgerald, Molecular biologist, commending Jeremy Griffith’s work

« Cette explication entraîne la véritable libération
des femmes et la réconciliation des sexes, ce qui
est vraiment extraordinaire »

Dr, Anna Fitzgerald, biologiste moléculaire,
stratège de projets génomiques

 

 

Tim Macartney-Snape discusses the book ‘FREEDOM’

« Ce doit être le livre le plus important
jamais écrit »

Tim Macartney-Snape, alpiniste de renommée
mondiale et deux fois récipiendaire de l’Ordre
d’Australie

 

– – – – – – – – – – – – – – – – – –

Regardez Jeremy Griffith présenter l’explication capitale et rédemptrice de la condition humaine dans la Vidéo/Essai Freedom 3, ou lisez le chapitre 1 de FREEDOM. Et vous pouvez regarder une description beaucoup plus approfondie de ce qu’est réellement la condition humaine dans la Vidéo/Essai Freedom 10, et une description plus approfondie du problème de “l’effet de surdité”, l’expérience qu’en ont fait différentes personnes et des moyens de le surmonter, dans la Vidéo/Essai Freedom 11.

 

 

Veuillez Noter que si vous êtes en ligne, vous pouvez lire, imprimer, télécharger ou écouter (sous forme de podcast) L’Interview ou l'un des Freedom Essays suivants en cliquant dessus, ou vous pouvez les trouver tous sur www.humancondition.com.

Vous pouvez voir quelles publications ont été traduites en français en cliquant ICE.

 

 

Ces essais ont été créés en 2017-2021 par Jeremy Griffith, Damon Isherwood, Fiona Cullen-Ward, Brony FitzGerald et Lee Jones du Centre WTM de Sydney. L'ensemble du tournage et du montage des vidéos a été réalisé par les membres du WTM de Sydney James Press & Tess Watson en 2017-2021. D'autres membres du Centre WTM de Sydney sont responsables de la distribution et du marketing des vidéos/essais, et de l'assistance aux abonnés. Traduit en français par Lucas Machlein et Sophie Staffaneller.

 

LEAVE A COMMENT




2000 characters left

By clicking ‘Submit’ you confirm that you have read, understood and accept the WTM’s Terms of Use and Privacy Policy. The WTM will only contact you in relation to this enquiry and will manage all personal information in accordance with its Privacy Policy.

Please note, to ensure constructive discussion we moderate comments (which may take some hours) and may not publish any we feel are motivated by malice, or that make criticisms already addressed and repudiated, or ask questions already prominently answered on our comprehensive website with its many freely available books, essays and FAQs that can be easily searched electronically. Read our Community Guidelines here.